Cabaret Vert : le Rodéo Carolo’ vous attend fin août

Dans Concerts, News par

in_212_620x195-banniere-instant-V

Juin, 40° au thermomètre, il fait chaud. L’été est là, pour de bon, annonçant avec lui la promesse d’une échappée musico-bistro-localo-festive à l’horizon de la fin du mois d’août. Quoiqu’il arrive, l’été finira en rodéo chez les Carolomacériens. 

Chez qui ? A Charleville-Mézières, dans cette contrée d’irréductibles dans le paysage des festivals estivaux, ceux qui résistent encore et toujours aux envahisseurs. On sait qu’à la fin du périple des concerts de la saison nous attend un refuge : là-bas, pas de marée humaine anonyme, de bière insipide, ni de camping douteux. Au Cabaret Vert , c’est comme à la maison. Mais en mieux. On mange bien, on boit bien, on vit bien ! 

Au menu côté musique, on se donne rendez-vous avec l’habituel quota de valeurs sûres (RATATAT, Benjamin Clémentine, Jungle, Christine and the Queens, Selah Sue, Etienne Daho, Tiefaine, The Chemical Brothers, Joh Butler Trio), de réjouissances (Rone, Son Lux, Murkage Club, Gramatik, Paul Kalkbrenner, Fakear, Kitty, Daisy et Lewis) classiques retrouvés (Limp Bizkit, Skepta, The Shoes, Jurrassic 5, Sens unique, Mr Oizo, The Toy Dolls, Mastodon), et les découvertes (Puts Marie, Tyler the creator, Vendal, Dan Deacon, Shamir, Zeds Dead, Slaves, Lido, Brothers, Muddy Jack, A-Vox, Black Industrie, Rouge Congo, Wand, Algiers, Fuzz, Drenge, Amelie McCandless…).

L’idée, c’est de raconter une histoire avec les groupes qu’on va proposer au public, comme dans un film. Tu as un scénario et il faut arriver à réunir le meilleur casting possible”. Christian Allex, Programmateur musical du festival. 

Entre deux concerts, on ne saura toujours pas où donner de la tête : Une toile dans le Cinéma du Chapiteau des Images, un spectacle d’art de rue ou une expérience dans la cabine vidéo participative chez les Freaks, un atelier dessin ou une caricature à l’espace BD, un tour dans le village des associations, une transe au Temps des cerises… 

Sans oublier l’avalanche de stands plus gourmands les uns que les autres dont le seul souvenir nous fait saliver : sanglier rôti, tarte au maroilles, crêpe aux cèpes, bière locale… Ici tout est « fait dans le coin », « fait maison », … et tout simplement bon. 

Cette année, aucune faiblesse pour un Cabaret qui a su soigner son accueil et ses festivaliers : Tout a été mis en place pour écarter les soucis rencontrés l’an passé : jauge réduite à 90 000 festivaliers (rapport au succès explosif de 2014 ayant porté leur nombre à 94 000), et la possibilité de récupérer son bracelet d’entrée la veille du festival (pour éviter l’attente lors de l’ouverture des portes). 

Tout autant de raisons pour se précipiter sur la 11ème édition qui marque une nouvelle décennie pour ce festival green rock et territoire. Cette année en plus, on nous l’annonce : on dormira bien ! Avec une offre « dodo » triplée : camping festif, dormeur ou même « tipi » : pour toute la famille et tous les profils, gros dormeurs, agités nocturnes, et indiens dans la ville (de Charles)… 

Et, last but not least, on ne peut pas ne pas mentionner la foule de bénévoles qui afflue encore cette année pour soutenir le bon déroulement de l’évenement. « Foule », c’est bien le mot : pour la première année, les candidatures n’ont pas été ouvertes aux nouveaux bénévoles car 1 450 « anciens » avaient déjà promis de revenir. 

Allez hop, on réserve son ticket, son tipi, et en avant ! 

Notre report de l’édition 2014 par ici

Le site du festival par là

Leur super compte Instagram par là-bas