Justin Conseil : la prochaine fois, évitez !

il y a 3 ans dans N'importe quoi, Vidéos par

Souvenez-vous de la superbe vidéo sur les théories économiques que Mercy nous avait offerte il y a quelques mois déjà. Eh bien, aujourd’hui, je vous emmène à mon tour découvrir un thème qui paraît assommant de prime abord mais qui, finalement, s’avère très drôle : le métier de notaire.

Authentificateur d’actes, médiateur de succession et gérant de fortunes, le notaire est une pièce essentielle de la perpétuation de l’ordre social à travers les générations. Du moins le croit-il (d’où les éhontés tarifs de ses honoraires, d’ailleurs). Mais, malgré l’importance qu’il s’auto-confère, le notaire, au fond, s’emmerde profondément. Alors, pour passer le temps, il écrit des haïkus, il relit le code du patrimoine et lustre avec entrain ses médailles et sa secrétaire.

Depuis le Moyen-âge, le notaire fait de la déontologie son fer de lance. Sauf que, derrière la verticale façade de sa rigidité professionnelle, se cachent les attributs d’un homme comme les autres : le notaire, comme tous les juristes, est un gros dégueulasse ! De fait, sur les 8494 notaires recensés en France en 2007, on ne compte que 1929 femmes (soit 22,7%). Le métier de juriste libéral est avant tout un métier d’homme, de testostérone et de sueur rance sous les vestes de costumes Armand Thierry et les chemises turquoises de chez Best. En sus, sur les 48 000 salariés employés par les notaires de France, on trouve 82% de femmes. Le métier de juriste libéral est avant tout un métier d’homme, de testostérone et de smegma rance dans les plis des caleçons DIM et dans ceux des tailleurs bleus marines des secrétaires tirées à quatre épingles.

Mais, la profession de notaire s’avère aussi masculine lorsqu’il s’agit d’en faire la promotion. Depuis quelques jours circule, en effet, sur le net une vidéo publicitaire vantant l’importance de la fonction de notaire. Celle-ci est une commande faite par le Conseil Supérieur du Notariat (CSN), le seul « organe » de la profession habilité à s’exprimer au nom de tous les notaires de France.

Je vais arrêter là mes élucubrations javnériennes et vous laisser savourer la puissance de ce beat qui fend le flow de l’archétype notaresque qu’est Justin Conseil.

Ce buzz, vous vous en doutez, est promis pour durer « sûrement et pour longtemps », comme l’indique le slogan du CSN.

Je vous invite aussi à vous rendre sur le site consacré à la vidéo où vous aurez la possibilité (oh mon Dieu !) de faire votre propre remix ou encore de chanter le titre en karaoké.

« Je suis notaire,
Un métier d’enfer
Je suis notaire,
Jm’occupe de tes affaires,
Pour que t’aies pas, non, pas de galères.
»